Un entretien avec les créateurs du Boutique Boatel

L'idée de lancer un bateau-hôtel sur les Trois-Lacs est née un soir, autour d'une bière à Morat, après le travail. Contrairement à beaucoup d’autres visions qui s’envolent vers les nuages, cette idée avait le potentiel et surtout l’équipe pour devenir réalité. En mai 2021, nous larguons les amarres de cette histoire fascinante. Une conversation avec l'ingénieur naval Hans Hofstetter et le chef de projet Beat Kläy.

Est-il vrai que l’idée du Boutique Boatel est née autour d’une bière après le travail ?

Hans Hofstetter : Un de mes amis, Richard Hurni, rêvait d’une péniche. Mais j’ai dû le décevoir tout de suite, car il est interdit de vivre sur un bateau en Suisse. En revanche, je savais qu’il y avait un vieux navire de marchandises à vendre sur le canal de la Broye à Sugiez, le MS Attila. C’est effectivement autour d’une bière après le travail que j’ai eu l’idée de le transformer en petit bateau de croisière. J’ai fait les premières esquisses en m’inspirant des péniches transformées qui naviguent sur les canaux en France. Richard Hurni s’est immédiatement montré enthousiaste. C’est ainsi que le projet a vu le jour.

À quel moment étiez-vous sûr que ce projet allait voir le jour ?

Hans Hofstetter : Le facteur décisif a été l’accord de l’Office de la navigation, l’OCN, qui a approuvé le projet selon nos plans et confirmé qu’il serait possible de l’enregistrer comme navire à passagers. Une fois le financement de la conversion et de la première année d’exploitation assuré, nous étions déjà plus confiants que le premier bateau de croisière sur les eaux intérieures suisses pourrait accueillir ses premiers passagers en mai 2021.

Beat, tu t’es joint au groupe plus tard. Qu’est-ce qui t’a fasciné dans ce projet ?

Beat Kläy : Je participe à ce projet depuis début mars 2020. L’idée d’un bateau de croisière sur les lacs suisses est formidable pour moi qui suis très étroitement lié depuis mon enfance à la région des Trois-Lac. D’ailleurs, je la considère comme l’une des plus belles de Suisse. Ce contexte, mais aussi le fait que la tâche consistait à convertir un navire, à mettre en place les ventes, le marketing et la communication et à prendre en charge l’ensemble de la gestion du projet, m’ont enthousiasmé dès le premier instant. J’attachais également une grande importance au fait de créer une valeur ajoutée durable dans la région et de travailler en étroite collaboration avec de nombreux partenaires locaux. D’ailleurs, toutes les personnes que nous avons contactées dans le cadre de ce projet ont été immédiatement enthousiastes. Nous pouvons compter sur un large soutien. Il faut s’en réjouir !

Le projet demandait un engagement énorme. Comment réalise-t-on un projet aussi vaste et unique ?

Beat Kläy : Il faut beaucoup de passion, mais aussi du flair. Nous avons créé une start-up qui dépend donc logiquement de soutiens financiers. Grâce à plus de 40 actionnaires, à la banque CIC (Suisse) SA ainsi qu’à la promotion économique et touristique du canton de Fribourg, le projet est aujourd’hui suffisamment financé. C’est fantastique comme tous les investisseurs, partenaires et prestataires de services nous soutiennent ; probablement parce que nous avons réussi à leur transmettre le « virus Attila » par notre enthousiasme. Une expérience bienvenue en cette période covidienne.

© Stefan Weber Fotograf sbf, Jens, Switzerland

De transformer l’ancien cargo en un élégant navire à passagers moderne à propulsion hybride, premier bateau de croisière sur les eaux intérieures suisses, c’est sans aucun doute exceptionnel !

Hans, qu’est-ce qui était important dans le choix du bateau ?

Hans Hofstetter : En fait, c’est le bateau qui nous a choisis ! L’Attila était en vente depuis un certain temps car l’ancien propriétaire ne voulait plus effectuer les transformations nécessaires pour des raisons d’âge.

En tant que connaisseur, quel est selon toi l’atout de ce bateau ?

Hans Hofstetter : De transformer l’ancien cargo en un élégant navire à passagers moderne à propulsion hybride, premier bateau de croisière sur les eaux intérieures suisses, c’est sans aucun doute exceptionnel !

Et qu’attends-tu avec le plus d’impatience ?

Après 130 jours de formation en tant que capitaine, j’arrive maintenant à la phase finale. J’ai vraiment hâte de prendre la barre de l’Attila très bientôt !

Beat, quel sera le point fort pour toi ?

Beat Kläy : Un premier jour historique sera le 15 mars 2021, lorsque l’Office cantonal de la navigation de Fribourg homologuera officiellement l’Attila. J’attends avec impatience le moment où l’Attila quittera pour la première fois la jetée de Sugiez par ses propres moyens. Ce sera une journée riche en émotions. Ensuite, nous optimiserons les processus ainsi que l’aménagement afin d’être prêts pour les premiers passagers.

Que peuvent attendre les passagers de l’Attila ?

Beat Kläy : Les passagers peuvent se réjouir d’une détente « cinq étoiles ». Les cabines offrent tout ce que l’on peut attendre d’un bateau de croisière. L’un des points forts est certainement que les fenêtres de la chambre puissent s’ouvrir entièrement, ce qui permet aux passagers de découvrir et d’apprécier le lac ainsi que la faune et la flore à tout moment et immédiatement depuis leur chambre. La proximité avec les autres passagers et l’hospitalité parfaite et chaleureuse à bord contribueront à rendre la croisière sur l’Attila une expérience réussie à tous points de vue.

RÉSERVEZ MAINTENANT

Réservations et renseignements.

N’hésitez pas à nous contacter. Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions ou d’exaucer vos souhaits particuliers.

Téléphone: +41 76 375 36 48
E-mail: booking@attila.swiss